En Suisse aussi, l’Open Government Data a le vent en poupe

La conférence opendata.ch 2011, qui s’est déroulée aujourd’hui aux Archives fédérales à Berne, a fait salle comble. Plus de 150 participants, parlementaires, cadres de l’administration, représentants de l’économie, de la recherche et des médias ont en effet participé à la première conférence suisse sur les données publiques en libre accès pour discuter des avantages et des défis liés à l’Open Government Data en Suisse et fixer les prochaines étapes de ce processus.

La conférence opendata.ch 2011 a été ouverte par Edith Graf-Litscher, conseillère nationale et co-présidente du Groupe parlementaire pour une informatique durable et par Andreas Kellerhals, directeur des Archives fédérales suisses, l’office qui accueillait les invités dans ses murs.

C’est ensuite Nigel Shadbolt, professeur à l’Université de Southampton et membre du Public Sector Transparency Board UK qui a pris la parole. Son exposé a montré l’important potentiel de changements que présente et présentera encore l’Open Government Data à la fois pour la population et pour le gouvernement. D’autres intervenants, comme Jean-Philippe Amstein, directeur de l’office fédéral de topographie swisstopo, puis Hans-Peter Thür, préposé fédéral à la protection des données et à la transparence, Peter Fischer, délégué de la stratégie informatique de la Confédération, et enfin Martin Stoll, président de l’association nouvellement créée « Loi sur la transparence.ch » et chef du Recherche-Desk de la Sonntags-Zeitung, tout en partageant son point de vue, ont évoqué les défis que rencontre la Suisse dans ce domaine. M. Stoll a notamment pointé du doigt les défauts évidents de la loi telle qu’elle est appliquée actuellement.

L’après-midi, six ateliers se sont penchés sur les divers aspects de ce vaste sujet. Les parlementaires et les représentants des autorités ont abordé la question politique : quelles conditions générales faut-il créer pour favoriser le libre accès aux données provenant des autorités? L’atelier sur la technologie a permis d’énumérer les scénarios de réalisation concrète avec les difficultés que cela représente. Un autre atelier, réunissant surtout des juristes, était consacré aux pièges juridiques que recèle le thème Open Government Data. Les journalistes de presse ou d’autres médias ont quant à eux pris part à l’atelier sur « le journalisme du numérique» pour se renseigner sur les nouvelles tendances de la recherche en ligne dans de grandes quantités de données. L’atelier dirigé par la Haute école spécialisée de Berne, intitulé „Open Government Data et business“, était consacré aux modèles d’affaires souvent confus basés sur les données en libre accès. Enfin, les participants à l’atelier dédié à l’aspect scientifique se sont intéressés aux nouvelles possibilités de recherche qui vont s’ouvrir lorsque de grandes collections de données seront publiées.

Le deuxième orateur étranger invité, Rufus Pollock, collaborateur scientifique de l’Université de Cambridge et directeur de la Open Knowledge Foundation, a souligné la portée internationale du mouvement d’Open Government et a incité les auditeurs à entreprendre résolument les démarches nécessaires pour garantir le libre accès à davantage de données publiques. Le mot de la fin revenait au conseiller national Christian Wasserfallen, deuxième co-président du Groupe parlementaire pour une informatique durable. Il a invité les participants à prendre au sérieux le manifeste suisse pour l’Open Government Data lancé à la séance et à collaborer activement à la réalisation de ses différents objectifs.

La conférence opendata.ch 2011 a été organisée par le Groupe parlementaire pour une informatique durable et les Archives fédérales suisses. La coordination en était assurée par le Swiss Open Systems User Group /ch/open, et elle était sponsorisée par itopia et Ernst & Young. Le Manifeste suisse de l’Open Government Data, les transparents et les autres documents de la conférence seront prochainement publiés sur le site Internet www.opendata.ch.

Conférence opendata.ch 2011

André Golliez
Chef de projet Conférence opendata.ch 2011, Managing Partner itopia
Tél. +41 79 669 05 52
E-mail: golliez@itopia.ch

Matthias Stürmer
Secrétaire du Groupe parlementaire pour une informatique durable, Senior Advisor Ernst & Young
Tél. +41 76 368 81 65
E-mail: matthias.stuermer@ch-open.ch

Archives fédérales suisses

Manuela Höfler,Responsable de la communication

Tél. +41 (0)31 325 07 24

e-mail: Manuela.Hoefler@bar.admin.ch

Editeur

Archives fédérales suisses

http://www.bar.admin.ch

Cet article a été publié dans Administration fédérale, Evènements, Open Gov Data avec les mots-clefs : , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

2 trackbacks

  1. [...] durable le débat politique sur le sujet avait été lancé en juin 2011 lors d’une conférence aux Archives fédérales à Berne. Cette première rencontre au niveau fédéral a connu un large [...]

  2. Par Création de l’association Opendata.ch le 17.01.2012 à 13:32

    [...] en Suisse. Pour ce faire, il a lancé en juin 2011 aux Archi­ves Fédé­ra­les de Berne la pre­mière con­fé­rence annu­elle sur l’Open Govern­ment Data en Suisse ainsi que 3 mois plus tard le pre­mier cam­pus (hacka­thon) make.opendata.ch. Une autre part [...]

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>