À propos

Orientations et buts du groupe parlementaire

Le groupe parlementaire pour une informatique durable promeut un développement durable et novateur des technologies de l’information et de la communication (TIC ou ICT) et soutient l’accès public à la connaissance.

Le savoir est d’une importance capitale pour la place économique suisse : formation de la population, capacité d’innovation des entreprises, efficacité dans l’administration publique, excellence dans la recherche scientifique – presque tous les domaines reposent sur un accès ouvert et illimité aux connaissances disponibles. À l’ère Internet, la numérisation accélérée de l’information crée un grand potentiel pour notre pays, celui-ci passe par la création et la diffusion de la connaissance. Cela profitera à toute l’économie!

Les nouvelles technologies créent également de nouveaux enjeux, comme le développement à long terme de logiciels indépendants de quelques multinationales, mais aussi la garantie de la pérennité des archives numériques. Seules des solutions durables peuvent relever ces défis, pourtant les exemples actuels montrent que cela ne va pas de soi. En effet, le développement de logiciels est réalisé de manière fermée et ceux-ci sont rendus consciemment incompatibles. Les multinationales en situation de monopole sont même soutenues et encouragées. L’argent du contribuable les aide à améliorer leurs logiciels et à faire de la recherche, dont les résultats ne seront ensuite disponibles que contre un nouveau paiement. C’est pour ces raisons que le groupe parlementaire pour une informatique durable s’engage pour :

  • Les logiciels libres : Grâce à leurs sources ouvertes et à la liberté accordée à toutes modifications et réutilisations, les logiciels libres permettent de considérer l’informatique comme une infrastructure stratégique qui allie transparence, indépendance, sécurité pour l’avenir et économies à long terme.
  • Les standards ouverts : Les bases de l’interopérabilité passent par des interfaces et des formats standardisés. Ces derniers assurent également l’interchangeabilité dans les technologies de l’information et de la communication. Ils sont aussi les fondements pour des systèmes durables qui assureront les investissements.
  • Les données gouvernementales ouvertes (Open Government Data) : Toutes les données des décisions législatives, juridiques, ou produites par les administrations ou les institutions dépendantes d’administrations qui ont été financées avec de l’argent public et qui ne sont pas protégées par des droits de tiers, devraient être mises rapidement et gratuitement à disposition dans des formats facilement accessibles.
  • Le libre accès à la connaissance : La recherche et les résultats de la formation financés par la société doivent être des biens communs librement accessibles.
  • Les contenus libres : La plus-value sociale créée par les productions ouvertes et collaboratives, telles que Wikipedia et les Creative Commons doivent être encouragées par la mise à disposition libre des contenus financés par l’argent public.

Le groupe parlementaire pour une informatique durable a été créé en mai 2009. Les membres du groupe ont depuis déposé 42 motions parlementaires dans le sens des objectifs mentionnés ci-dessus. À l’heure actuelle, le groupe est constitué de 49 conseillers nationaux et aux États, avec des représentants du PS, PLR, UDC, PDC, Verts, PBD, PVL et PEV.